Zava Ampina

Dans les années 80 l’Unesco a fait appel à un des nôtres (oui je parle comme ça les Archis c’est ma famille) pour faire une Etude sur les Equipements culturels et sportifs à Madagascar. Figurez-vous je l’ai découvert en ligne il y a quelques semaines comme ça par hasard. Au delà des préjugés sur les locaux, il y a quelque chose d’intangible et de très grande valeur dans l’intervention d’un consultant local À ÉGALE COMPÉTENCE qu’un plombier Burbkinabé spécialiste de la cause Serbe embauché pour un diagnostic sur la valorisation de la forêt du Cap Masoala* : il y a la connaissance des valeurs, la capacité de transmission et la préoccupation pour la continuité du projet.

Et même si on demande 8903 $/heure alors que nos charges équivalent à 1 voiture chinoise et 4 experts formés à Vontovorona et à Barikadimy, on va bosser COMME IL FAUT pour perpétuer le CYCLE VERTUEUX du Développement à Madagascar.

Signé : l’Architecte Malgache formée au Québec qui est rentrée au Pays se taper 2500 km/semaine pour trouver de quoi nourrir ses 4 enfants et qui ne vous décevra jamais dans ses mandats pour le peu que vous suiviez les TDR et les règles de l’ARMP. Et non malheureusement je ne distribue pas de « mimi » car mes collaborateurs aussi ont besoin de nourrir dignement leur famille sans avoir à se faire persécuter par les verreux ou la BIANCO.

Dans ces conditions, si vous embauchez elle ou les 66 autres architectes du Tableau vous verrez moins de ces merdes architecturales et de ces catastrophes urbaines dans les villes malgaches rien que parce que nous sommes nés sur ces terres et que nous allons aussi nous y faire enterrer.

Et je termine par insister : il y a des règles d’attribution de marché de prestations intellectuelles, il devrait aussi y avoir des concours d’architecture, la plupart des architectes malagasy sont (très très) forts dans leur domaine et croyez-moi ils sont aussi (très très) forts pour respecter et même aller au-delà du mandat qu’on leur aura attribué.

Donc arrêtez de déconner et retournons bosser COMME IL FAUT.

Lien vers le Document : Promotion de la jeunesse; matériaux locaux et infrastructures: République démocratique de Madagascar – (mission)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *