bousculer les idées

ça m’a prise quelques heures pour RT l’annonce du décès Larry King. Dieu sait si ce Monsieur n’a pas participé en quelque chose à mon addiction aux nuits blanches, charrettes et autres activités nocturnes 😅. Je l’ai littéralement connu toute ma vie ayant avec des parents accros aux news et tout ce qui incite à réflexionner sur les sujets d’actualité, après on a beaucoup voyagé du coup la TV dans les chambres d’hôtel avait toujours CNN et enfin l’architecture et ses nuits sans fin. si je n’ai pasconnu que le Larry King Live lorsqu’on parlait de Talk Show et tout ce qui développe l’opinion en approfondissement et en extension avait été un peu inspiré de chez lui tout de même.

c’est encore plus horrible d’avoir à apprendre qu’il est décédé suite au Covid-19. merde quoi. comme si fatalement toute annonce devrait être suivie par « dû au Covid-19 » depuis 1 an maintenant. Normaliser l’horreur de cette pandémie et apprendre à accepter qu’on va continuer à voir nos proches et des personnes qu’on admire mourir de cette façon. j’ai peur. vous devriez aussi avoir peur. de la baisse de vigilance et de ses conséquences. et le fait d’oser se différencier. avoir un comportement responsable. prendre les distances. des réflexes à l’encontre de l’usage et de la bienséance de chez nous. ici on apprécie et on encourage la promiscuité on dirait.

d’où le tragique dans la disparition de Larry King. qui n’est pas connu visiblement par les médias sociaux malagasy encore moins les journalistes. le tragique car ce chic type passionnait des milliers de téléspectateurs par son verbe et son culot. un influençeur dans son sens le plus propre. le Monsieur impose par son autorité, sa facilité d’écoute et ses idées bien menées. Par ces temps, ça aurait fait du bien d’avoir un Larry King qui aiderait à discerner les conneries des cons et des connasseries. les idées reçues et celles à accepter à analyser. je sais qu’on aurait vraiment apprécié.

off we go

#architecture

#madagascar

#sustainability

#photoduplateaudelihorombeoùjinxpasmaisonaimeraitymonterunbeauprojet

TRANO Architecture team is back on the road. Some towards the South, others to the East and in the coming weeks the North and Mid-West.Why is that ? We have decided not to limit our commitment to the development of Madagascar to Tananarive Center-Ville or Ilafy (we have had a lot of projects in these areas and we thank our project owners for their trust). But our little 100% Malagasy Architecture firm has placed its Heart where it is necessary to be EVERYWHERE in the country without being limited to the ease of the work or … to the lure of profit.These projects in Manjakandriana, Manakara, Majunga, Tamatave, Fianarantsoa (and even more elsewhere) are an opportunity for our team to grow and better understand the challenges of the country and the construction sector.We are vulnerable to the consequences of Climate Change affecting the Indian Ocean. An island-continent with 1000 colors such as Madagascar must therefore acquire an adequate, appropriate and efficient response for housing and infrastructures.

#laminutebisounours

Ambohibary Sambaina dans le Vakinankaratra une des vallées les plus fertiles du pays qui nourrit Antananarivo de fruits, légumes et de riz.


Je n’ai que des certitudes sur le devenir de ce pays magnifique qu’est Madagascar. Plus de 550 000 km2 de ces cultures, collines, plaines, forêts et des rivières oh la la que de rivières. Il ne tient qu’à NOUS de travailler durement et honnêtement pour en sortir son plein potentiel.

j’essaye de positiver parce qu’on dirait que le moral des troupes est au plus bas sur TNR.

The Revolution will be Televised

well sorry for this one

it will indeed be very much Netflixed and Disney Plused since we are, in most parts of the world and in my mind surtout, all stuck online not socializing therefore slackhtivisting our best out of this pandemy.

in the XXIst century, Hamilton is Latino, Jefferson is Creole, Alexandra Schuyler is not Dutch (and deserves her Emmy for the performance), Mr Darcy II is breathtakingly Zimbabwean (it makes no sense he is named Hastings in the show, he IS DARCY to me and will also become Bond as in James Bond), the amazing Lupin is Senegalese and IRL the Dutchess of Sussex was not but in Britain and very much mixed-race.

everybody is smart, beautiful, courageous, generous, comfortingly normal.

so yeah basically The Revolution is very much streaming live from the comfort of our couch. hope it feels right. and normal.

my trip into the land of the Tanala and the Antemoro is going kilomètriquement very well. I totally forgot to buy my satroka bory but I’ll be back in few weeks. I’ll be done with my heavy reading by then.

Une Cité Bonne doit être une Cité Juste

Je prépare en ce moment mon 1er grand article à paraître dans un magazine architectural de renommée internationale. pas de pression. c’est ma 4è collaboration à des ouvrages ou des travaux avec des maisons d’édition et des entités étrangères. je suis pas mal fière je l’accorde. le boulot est énorme. au début je n’y comprenais rien…de Madagascar. sincèrement. la rétention d’informations, l’absence de volonté à collaborer, donner des feedbacks. mais bon. j’y arrive petit à petit. à ouvrir cette petite fenêtre sur l’environnement urbain et architectural de Madagascar en 2021. les textes passéistes ou trop versés dans la technique qui ne fournissent aucun espoir ni solutions n’ont que trop longtemps occupé les rayons qui ont renseigné sur notre pays.

5h du matin, Prise Photo d’Architecture pour DOM Publishers, Sub-Saharan Africa Architectural Guide

sinon j’écoute un de mes podcasts préférés les Chemins de la Philosophie d’Adèle Van Reeth sur France Culture qui avait remplacé le très deep et passionnant les Nouveaux Chemins de la Connaissance de Rapahël Enthoven que j’écoutais depuis 2007. Aujourd’hui je retrouve Averroès. la musique de fond est sublime et relaxante (surtout pour quelqu’un qui enchaîne des journées de 12h et qui va commencer son 2000 km par mois la semaine prochaine). L’intervention de Makram Abbès révèle que le philosophe andalou a anticipé les Lumières tant loué en Occident et par extension sur les bancs des cours que j’ai suivi. tout ça pour en venir à la position de Averroès sur la Justice dans la Cité. Les femmes ont leur place mais chaque citoyen doit aussi s’attribuer des responsabilités adaptées à sa fonction. L’excellence, la méritocratie, la prédisposition… un truc bien c’est que Madagascar possède un long passé avec la culture arabe qu’on a très vite oublié et qui gagnerait à être éclairé sous le scope malgache. ces ségrégations sociales et économiques qui sont tellement bien marquées dans nos villes. l’accès aux infrastructures, ces longues queues devant les pompes à eaux gérées parcimonieusement par les associations de quartier, l’hygiène, les bonnes femmes à 4h du matin qui bercent leurs bébés en lavant le linge et leurs petites filles de retour de l’école (à mi-temps stp) jouant au tsombato juste à côté en attendant de rentrer ensemble avant que les elakelatrano s’assombrissent, l’accès aux soins, la cantine scolaire dans les écoles primaires reste la seule et unique raison pour laquelle les enfants vont à l’école…pour manger. ben tiens hier on papotait avec la #MA (cette association génialissime avec qui nous parcourons les équipements et ruelles de la ville depuis maintenant 2 ans) pour préparer un petit programme prochain…la justice dans la ville, le patrimoine immatériel, les petits soucis du quotidien et la toponymie. ces endroits de Tana intra et extra fluvio qui ont sans aucun doute croisé leur part d’Histoire et marquent la ville sans jamais avoir été célébrés. En façade la photo de la Rue de Faravohitra, un pan de notre histoire familiale, d’autres aussi y ont vécu quelque chose.

avant-hier les US nous ont sortis un lapin de leur chapeau et m’ont rappelée la soirée du 19 Mars 2003 où nous étions totalement tout aussi traumatisés en découvrant le bombardement « juste » de Bagdad. ceci est un blog. je n’étale pas la confiture. et je n’ai pas à fournir des footnotes et mes sources. je lis beaucoup. je regarde beaucoup (trop) la TV et la radio est ma passion. mais il se trouve que le XXè siècle présente des relents d’ambiance médiévale, des retours sur l’Histoire qui font un peu honte sous l’ère d’Internet et de je-sais-pas-on-est-évolué-non? (guerre territoriale, domination d’une seule idéologie, la religion tout le temps, l’instrumentalisation des intellectuels, etc.). et puis d’ailleurs on vit dans une époque de pandémie. comme quoi…bref je retourne à mon Keep Calm + Write + Netflix car je viens de découvrir que Destiny de Youssef Chahine est là.

Al Turath Ensemble, Alep

et puis surtout surtout surtout

Lena Chamamyan qui chante le Lamma Bada Yatathanna

La rue Paul Dussac, la rue des centenaires

Mes cousins proches viennent de perdre leur grand-mère et je voulais reposter cette photo de notre rue pour célébrer nos grands-mères centenaires qui ont vécu presque toute leur vie au coeur d’Antananarivo.

La rue Colbert, que j’ai connue comme étant la Rue Paul Dussac du nom du colon communiste qui a préparé les malgaches vers l’Indépendance avec Jean Ralaimongo dans les années 30 et devenu récemment la rue Razanatseheno, du 1er Président de la Chambre de Commerce, qui se trouve juste un peu plus haut.

pour les Millenials ce sera la rue « où se trouve la Ribaudière ». car la gentrification des 10 dernières années dans notre si belle rue a fait oublier que les quelques belles maisons préservées par les familles ont abrité des coordonniers, des marchands, des docteurs…toute une classe sociale, des petites abeilles travailleuses qui auront marqué nos vies, la mienne en tout cas et tracé dans nos mémoires des modèles exemplaires que l’on peut justement qualifier de « raianmandreny »1,2 non pas uniquement par leur âge centenaire mais dans la façon dont elles se sont comportées.

ici n’est pas la place pour porter un jugement sur ce qui fait « raianmandreny”, les choix, les comportements, appartenance politique ou autres légers salameks du genre “ce que tu as dit en 2017 je l’ai retenu et ça comptera pas même si tu t’ai excusé je m’en fous pour moi le mal est fait tu vaux pas grand chose tu viendras pas à ma Boum ce soir”. mais comme nous aimons bien cela dans la société malgache de 2021, nous pourrions placer nos grands-mères de la Rue Paul Dussac dans la meilleure des générations. Celle qui à force d’abnégation et de compassion, fera toujours passer le bien-être d’autrui avant le sien. Celle qui travaillera à la lueur de la bougie tard le soir au prix de sa vue pour honorer la livraison de demain très tôt le matin. Celle qui s’est sacrifiée pour le bien-commun. celle qui a vu les espoirs et les déceptions de toute une nation et qui s’est toujours relevée.

Le covid-19 nous a appris l’urgence et la préservation. tentons aussi le respect de la communauté ainsi que le goût pour l’effort et le travail. pas celui qu’on exhibe tous les 4 matins sur les réseaux sociaux mais celui qui nous fait suer et porte fruits à tous les coups juste parce que la cause en vaut la peine. 

__________

1 Je fais une petite digression ici pour citer l’excellent ouvrage de Aina Razafiarison “Concept weberien “éthique protestant-capialisme” et contexte de pauvreté : le cas malgache. Intégration épistémiologique de la pensée complece dans une approche par l’histoire de la pensée et l’institutionnalisme économique, qui m’a pris 6 mois à terminer tellement il est tellement, sur l’accession au statut de  « raianmandreny »

(…) Nous avons pu constater maintes fois que cette volonté oppressante de se valoriser au sein de de sa communauté et d’asseoir son prestige communautaire pour valdier la consécration de la “réussite”.

(…) Aux yeux de l’homo malagasi, toutes les voies pour acquérir ce statut de “raianmandreny” ont les mêmes valeurs : l’enrichissement (du moins dans l’apparence et peu importe son origine), la généalogie, le poste politique, les responsabilités religieuses telles que les professions cléricales (pasteurs, catéchistes), ou les responsabilités dans les assemblées de l’église (diacres, …). L’enrichissement ou la détention du capital n’est ainsi qu’un facteur parmi les autres dans les voies d’accession vers le statut de notable “raianmandreny” .

2 Je voudrais aussi rappeler ici l’époustouflant ouvrage de l’anthropologue David Graeber, un des meilleurs de sa génération qui a eu aussi une carrière d’anarchiste et d’analyste politique (le slogan « We are the 99%« c’est lui) décédé en 2020 et qui a passé quelques années à Madagascar dans la région d’Arivonimamo dans les années 90 pour rédiger l’ouvrage “Lost People: Magic and the Legacy of Slavery in Madagascar” où je le cite 

(…) Knowledge alone cannot make one a true Ray amandReny. One myst be an elderly head of a large local family – or even better, a recently deceased one. (…) The most obvious of these was a knowledge of the past, of ancestral custom and oral history (lovan-tsofina) which elders were always assumed to have. But there were certain skills that were considered rhetoric (mikabary), which drew on ancestral, proverbial wisdom. 

(…) Oratory and astrology were considered essentially male forms of knowledge, though some women had them; there were also skills seen as essentially femal which did add to prestige of older women in parallael way, such as midwifery (fampivelonana), and knowledge of herbs for common ailments, which mothers often passed on to their daughters.

uncategorized

just finished reading « Histoire de Madagascar : La construction d’une Nation » a collaborative recap’ of the country’s complex history. It is more of a collection of the best written scholars’ thesis from 19th century until 2017. it’s quite refreshing and very well documented since we had near to zero books of this sort about the country 1.

from someone like me who went to french school all her life this is very much of a novelty. we had no Malagasy education at all throughout our 13 years at the Lycée Français. apart from this time in CM2 when a very venturesome teacher asked each one of us about our origins especially our casts…big mistake…big taboo. fastforward 2020. after a lengthy reading of all Raombana’s related works, I totally understand our parents’ anger. a teacher, a foreigner, asking kids out of the blue about something not yet resolved by previous generations. It’s unsetlling at the very least, annoying because we’re still left clueless and of course we should feel ashamed of this recent past we have not yet faced. she should have known better. being a teacher and all. we on our side are so not ready at all 2.

next Saturday I ask Ny Rado Andrianamasimanana a very smart young man in his field (History so to say) to formally educate my kids. to give them the knowledge they deserve. I don’t want them to miss out on their origins. on what made this country a great and proud one despite nowadays abject poverty and consequential social injustices. afterwards they’ll do whatever they want. they will be allowed to judge us. we will only give them tools, datas, names, dates, places, who did what to whom, no lies, only the empirical, the scientifically verified truth 3.

no more stories.

they need this.

we all need this.

also I went on to (finally) watch Hamilton the Broadway Show on Disney Plus. of course I am about to rewatch it for the 3rd time this evening.

______

1 there is something #greatawesomesmartandrevolutionary happening at the Musée de la Photo since the beginning of this great adventure. I friended Helihanta Rajaonarison 2 years ago . We met at the very beautifully Institut Pasteur garden at Avaradoha. very few of those gardens are preserved in town by the way. we should all give a look, a hand, anything to Helihanta’s amazing works.

2 You should read Mose Njo, all he writes I recommend wholeheartly, especially this one « La notion du temps à Madagascar: ou pourquoi le Malgache EST généralement en retard (et pourquoi c’est normal) et pourquoi le Japonais ÉTAIT généralement en retard (et pourquoi c’était normal avant, mais que ça ne l’est plus maintenant)  » https://medium.com/@mosenjo/la-notion-du-temps-%C3%A0-madagascar-ou-pourquoi-le-malgache-est-g%C3%A9n%C3%A9ralement-en-retard-et-pourquoi-cbca2f5bf601 . I feel like we missed out on something for a long time and just woke up or are about to wake up from this nightmare we dig ourselves into.

3 along with the very talented Ando from https://www.facebook.com/blaogyvoniary and Mose Njo (him again) we have been planning to start a family friendly workshop around Malagasy speaking recalling/teaching our country’s Past to our children and…to ourselves. maybe it’s about time don’t you think?

There ain’t no sin and there ain’t no virtue. There’s just stuff people do.” ― John Steinbeck, The Grapes of Wrath

Top of the hill village in Sisaony region nearby Antananarivo

First trimester of 2020 has been hectic. out of this world most traumatic experiences. All should remember these last 2 months as « trying times that should ignite our internal fire to bring out something better at the very least something extraordinary ».

I was about to jumpstart my professional life which was dryly going bottom by December 2019. It brought me to think about leaving this country for good. Senior architects, very best friends of mine now, agreed to take over some projects for the time being and I was about to fly to Canada for good kids and hubby in tow.

It wasn’t for the lack of trying. I managed to secure some interesting projects and our firm has gathered attention from biggest clients throughout our 5-year lifetime. I was just too exhausted. My heart was not there anymore. At least, I thought at the time, I gave it a good fight.

Then happened this other project.

Anyways.

I came back.

Rode 2400 km in 24 days.

got offered a great position. no kiddin. THE JOB.

Then happened this Covid19 thing.

The worse. truly.

Our generation and our parents’ haven’t experience anything of this level. We are used to those dramatic political uprising or gigantic cyclones that bring their share of economical crisis. We are used to epidemic crisis. Fevers, Cholera, Plague,…medieval diseases have nothing on us. We know this stuff from heart and minds. We managed to survive. never had a chance at thriving. it was always about survival.

Then happened this thing.

It is of course the worse pandemic. but we haven’t seen the same datas as in everywhere else in the world starting from nearest countries. It might be too soon to announce our country’s first ever victory over expectations. we are very used to fail, to drag at the bottom of every list possible, to never ever prevail, always the worst at something.

I am writing all this not to say that I hate this God Forsaken Beautiful Country and its thoughtless citizens. in the very contrary. I stayed this long to only love it more. not the people particularly. with their naïveté. but the potentialities. how good we should be. the hopes.

this thing.

it should bring the best out of any one of us. everything else brought the worst. we know corruption. we thrive at tricks for the benefit of…I really don’t know how who when why. but we do love it.

So why not trying our best at doing our best this time? borders our closed for a very while. no escape from our reality. that one we shaped. that one we should be taken accountable for.

let’s do this thing.

L’exode urbaine

Ce réflexe de préservation, qui est en soi, du protectionnisme est totalement compréhensible. Antananarivo n’a jamais reconnu ses habitants comme un Tout homogène et uni. Il est logique que cette crise, d’autant plus sanitaire attachée d’un stigmate social fort, vide les poches populaires de la ville. A l’heure qu’il est, nous avons les familles de nos employés de maison qui sont bien parties ou en route vers leur Tanindrazana.

Ce mot.

On me l’a répétée maintes fois la semaine dernière. Je l’identifie comme Ambohimangakely cette petite colline moyenne avec ses 2 clochers qu’on aperçoit du Bypass. Je le retrouve dans le déambule des lots vendus morcelés du gros domaine d’Ambaniala Itaosy. 1h pour retrouver le caveau familial de maman. la dèche.

Ce mot.

Il ne te quitte pas et te colle à la peau. Tu auras beau faire tes preuves à des milliers de kilomètres de lui, tu y reviendras en chair ou en poudre.

Au fond le Tanindrazana tu le portes en toi et tu portes ses valeurs bien haut pour qu’elles brillent. Quelques soient tes décisions de le quitter ou d’y rester, le Tanindrazana est imprégné en soi.

Ce médecin diasporien décédé en dédiant ses dernières heures au combat contre le Coronavirus dans son pays d’adoption privant ainsi ses proches et Madagascar de son étoile aura fait brillé le Tanindrazana au firmament plus que ceux qui y sont restés et qui se déchaînent à le dépouiller chaque seconde, chaque heure, … sans jamais rien lui retourner.

Le Tanindrazana, il attend beaucoup de vous, les Malgaches qui ne lisent pas bien le Malagasy mais qui connaissent les paroles des chansons populaires. Le Tanindrazana exige de vous dès maintenant une conduite exemplaire et de cesser cette tradition de démission sociale cultivée par des générations habituées à siphonner impunément le Bien qu’il reste dans ce pays.

Putain les mecs vous déconnez trop et tout le temps, ça fout juste la honte. Alors reprenez-vous et rendez-nous la fierté des ancêtres qui ont versé leur sang pour que vous ayiez des opportunités que millions n’ont pas. Faites votre valimbabaina selon vos moyens et dans plusieurs (ou la plupart) des cas, contre votre volonté.

Si vous avez volé : rendez
Si vous avez menti : désormais dites la vérité
Si vous avez fui : revenez
Si vous avez la flemme : bossez
Si vous avez vos raisons : elles ne suffiront pas

Le Tanindrazana il vous attend où que vous soyiez, confinés ou au front.

Le Tanindrazana il attend votre retour sur le droit chemin.

#covid19
#madagascar

L'exode urbaineCe réflexe de préservation, qui est en soi, du protectionnisme est totalement compréhensible….

Posted by Joan Razafimaharo on Sunday, March 22, 2020

Chers amis,

Il y a à ce jour du 19 Mars 2020 : Zéro cas testé positif à Madagascar.

Mais il y a surtout un gros scandale au niveau de la mise en quarantaine et de dizaines de personnes assignées à résidence chez elles ou juste quelque part dans la Nature qui s’estiment avoir un statut spécial, des obligations professionnelles/personnelles trop élevées pour l’éviter.

Soyez responsables.

Vous faites partie en effet d’une classe sociale bien supérieure que le lambda habituellement bouc-émissaire en temps de Peste et du Choléra. Vous descendez du dernier vol à Ivato et vous avez eu les moyens de faire ce long périple depuis l’Iran, la Chine, La France ou même La Réunion.

Mettez du Bon Sens et du Civisme dans vos actions et vos esprits.

Pensez à vos familles, communautés et vos enfants mais surtout pensez en toute bonne conscience lucide et le coeur ouvert. Ne fuyez pas la quarantaine, on ne vous impose pas la geôle (encore) et vous avez démontré d’un niveau d’éducation qui vous a permis de travailler/vivre hors du pays.

Aimez votre pays, aimez vous-mêmes, restez en quarantaine et suivez les directives du gouvernement.

De tout mon coeur, merci

Chers amis,Il y a à ce jour du 19 Mars 2020 : Zéro cas testé positif à Madagascar. Mais il y a surtout un gros…

Posted by Joan Razafimaharo on Wednesday, March 18, 2020

Santa baby, slip a sable under the tree for me Been an awful good girl Santa baby, and hurry down the chimney tonight

Santa sweetie, make them find shelters for kids in the streets Not those ugly a** unsustainable contenairs, real homes similar to Pedro’s or SOS villages’ By the way enough with those VIP selfie treats

although

Santa dearest, we went through 2019 as a trial  we could afford a little more elaborating and thinking It’s effective but seems industrial which is good since we are not blackjacking

Santa cutie, this will be a special for me Family is cool and everybody’s healthy God as been very mighty lately Help us keep this spirit highly

Santa honey one thing I really do need, the deed To a platinum mine Santa baby, so hurry down the chimney tonight Santa cutie, and fill my stocking with a duplex and checks

Sign your ‘x’ on the line

Santa cutie, and hurry down…

de abajo arriba

en el diseño bottom-up las partes individuales se diseñan con detalle y luego se enlazan para formar componentes más grandes, que a su vez se enlazan hasta que se forma el sistema completo. Las estrategias basadas en el flujo de información « bottom-up » se antojan potencialmente necesarias y suficientes porque se basan en el conocimiento de todas las variables que pueden afectar los elementos del sistema.

Viernes 26 Noviembre 2019 cuandos los profesionales se encuentràn para la primera vez para leer la CNUH. Una resolución fue adoptada : Discutamos !

Descubre le http://think-tank.ma-malagasy.mg/

#ramanonaka

« Ne mangez jamais de porc car cet animal mange aussi des métaux lourds. Vous en mangerez aussi. Ne maigrissez pas car vous allez rejeter ces métaux lourds dans la Nature. »
– Ingénieur Agronome spécialiste en Développement durant les Ateliers sur les Déchets le 18-19 Novembre 2019 IFM

« Les beaux légumes sont tous traités. Vous ne saurez jamais à Madagascar avec quel produit on les traite. »
– Une hôtelière à Ampefy dans l’Itasy

Vous importez du riz et ne contrôlez pas comment il est produit. L’alimentation de base est complémentée par des nouilles industrielles. Les cubes MAGGI assaisonnent la quasi totalité de vos repas. Le poulet de chair a remplacé le poulet gasy dans 80% des étals de volaille. L’Huile … on en produit ici?

Toute une économie se base sur la malbouffe qui est, somme toute, de la nourriture non diététique et non sourcée et non une exploitation d’une main d’oeuvre bon marché. Toute une éducation est à refaire. Des contrôles sanitaires à améliorer. Malheureusement c’est nos choix, nos décisions d’importer ces PPN « pas bio du tout » et ces habitudes « pas de chez nous ». De tout plastifier, importer ces plastiques, plastifiez-moi tout. plastifions l’eau aussi tiens. vos gosses ont dû apprendre l’arabe depuis le temps qu’on importe. ou chinois pour la peine.

c’est nos choix à nous de délaisser les brèdes, le riz local, les fruits moches. De vendre la mer pour que le poisson parte ailleurs. il peut pas être commercialisé chez nous. y’a pas la chaîne du froid voyons. Ne pas faire d’effort collectif pour améliorer l’apport calorifique de nos produits. De ne pas faire des décisions fondamentales pour solutionner le problème de l’eau, énergie, la salubrité, l’hygiène, la santé, l’éducation . Les gosses dans le Sud crèvent de faim, on les gave au Spiruline mais les gosses des villes aussi ont le diabète et le cancer.

Ben assumons

#ramanonaka

Nous ne sommes pas juste des “gratte-papier” ou des “consultants à moindre coûts” ou de “la matière grise à former » ou des « mercenaires à projets ». Nous sommes les acteurs principaux dans notre Développement.

Nous finissons l’année avec une note très décevante en ce qui concerne les efforts communs dans la catégorie Bâtiment pour l’Efficacité Energétique et les actions vers la Transition Energétique et fatalement la lutte contre le Réchauffement Climatique.


Plusieurs invitations ont été lancées pour des Échanges en REX/Informations/Débats tenus dans divers lieux institutionnels et entrepreneuriaux. Il est vrai : elles étaient lancées sans le logo du bailleur X ou de la société Z. Pas grand monde du  n’y a assisté de façon spontanée alors que paradoxalement le contexte actuel (Jirama, manque de logement, matériaux non performants) nous impose à de l’action.


Il faudra alors reconnaître que les travaux initiés par les bailleurs vont rester dans les tiroirs et les placards à moins qu’il n’y ait un réveil citoyen de la part des techniciens et experts sélectionnés d’après leur profil et l’impact qu’ils peuvent créer. Nous ne sommes pas juste des “gratte-papier” ou des “consultants à moindre coûts” ou de “la matière grise à former » ou des « mercenaires à projets ». Nous sommes les acteurs principaux dans notre Développement.


On prévoit pour 2020 et les années à venir de multiples ateliers/séminaires/programmes/projets toujours nécessaires pour le développement de notre pays . Toute personne de bonne volonté est invitée à nous rejoindre et avancer dans la transparence mais surtout la nécessité d’agir.


On peut mettre à disposition les différentes présentations et documents utilisés cette année pour promouvoir l’Efficacité Energétique dans le Bâtiment à Madagascar. En addition un recueil de normes décrété SANS consultation avec les ordres professionnels et nous ne nous demandons plus comment Madagascar est arrivé à ce point de désolation…



Ma job

Je suis rentrée définitivement pour pratiquer mon Métier dans mon pays. Mes confrères expérimentés aux joutes épiques et laborieuses me disent tout le temps fatalement : « Tu as du boulot de quoi tu te plains, tu auras du boulot ne te plains pas, tu n’as plus de boulot tu en auras encore. »

Mais la question qui demeure : De quel job est-il bien question ici?

Mon job.

Ce job soumis à une Ordonnance et un Décret. Ce job régi par une Institution. Une Déontologie. Un Serment.

Ce job qui est imposé lorsque le bâtiment fait plus de 150 m2 et surtout dans TOUS les marchés publics de prestations intellectuelles avec Conception et Maîtrise d’oeuvre.

Ce job où j’ai soumissionné 14 fois avec CIN/NIF/STAT légalisé, Expériences similaires sur 5 pages, Certificat de Bonne Foi et de Vertu et où on me répond : « Tu n’auras pas ce poste/mission. voilà. »

Ce job où je fais le pied de grue des heures dans ces couloirs bien trop mal éclairés pour un lieu dédié à l’Aménagement et où on tolère à peine mon enthousiasme de Bénévole : « Tu fais quoi déjà ici? »

Cette Profession à laquelle j’ai dédiée plus de 6 années d’École, 5880 heures en Stage (enregistrés SVP), 11 ans en Pratique Libérale, 5 ans au Conseil de l’Ordre, qui me passionne 24h d’une journée, 12 mois d’une année, qui font travailler 100% de mes synapses.

Ce job qui nourrit mes enfants et les 9 familles de TRANO Architecture et où on nous reproche perpétuellement de ne servir à rien, ben si en fait on a besoin de vous ah ben merde alors.

Mais du coup à Madagascar, en fait, ça fait quoi un Architecte ?

Connect Climate II

Nous vivons dans un pays vulnérable aux changements climatiques et dépendant de l’énergie de la biomasse (charbon de bois) et de l’import d’énergie fossile. Nous sommes aux 2 extrêmes des causes et conséquences du réchauffement climatique.

Nos forêts sont là pour être préservées, d’accord, mais aussi pour nous fournir en ressources exploitées de manière durable.

Promouvoir des plantations à partir des essences pour le bois d’oeuvre, Créer des emplois dans le secteur, Encourager l’emploi des matériaux locaux, …

Développons des techniques écologiques mais confortables pour loger les ménages malagasy, il y a un besoin urgent de plus de 2 M d’habitats à Madagascar.

Voilà. Merci.

#connectclimateII
#madagascar
#climatechange
#rainforest
#REDD+

Merci à Gasy Youth Up

 https://www.facebook.com/Gasyouthup

Magnifique Projet de Hanitra Rasoanaivo 

https://www.facebook.com/OP500/